mercredi 18 juillet 2018

De retour

Chers lectrices et lecteurs, habitués et fidèles,

Je vous dois des excuses quand à cette longue absence, mais c'était parfaitement indépendant de ma volonté. Je vais tacher de reprendre , notre pays doit etre sauvé, notre PEUPLE doit être sauvé et donc informé, le savoir est une arme!

Il se passe des choses inquiétantes ici, nous devons rester vigilents, et être du coté des forces vives et nationales-patriotiques! Vive le peuple et l'armée! Mort à nos ennemis! A bas les juifs , les nègres et la vermine maçonnique! Tahyal Djazaïr!!

mardi 26 juin 2018

Le colonel Mustapha Lahbiri nommé nouveau DGSN

C'est une bonne nouvelle en soi , car ce colonel de la protection civile est un homme très respecté par les siens, il n'hésite d'ailleurs jamais à aller au feu, au sens propre comme figuré.
Exit donc le colonel Hamel , après la sombre affaire de cocaïne et bon courage a M. Lahbiri.



Que cachent les attaques contre l’Algérie sur la question des migrants?


L’Algérie inflige des traitements inhumains aux migrants d’Afrique saharienne et subsaharienne. C’est ce qu’a révélé une enquête d’Associated Press diffusée ce 25 juin par Al Jazeera. Alger a réfuté ces accusations et affirme qu’elles sont motivées par son refus de voir son territoire devenir «un centre de rétention» au service de l’UE.


L'Algérie essuie une fois encore des attaques concernant les mauvais traitements qu'elle inflige aux migrants sahariens et subsahariens qui essaient de traverser son territoire pour se rendre en Europe. C'est ce qui ressort d'un reportage réalisé par Associated Press et diffusé par Al Jazeera ce 25 juin.

«Durant les quatorze mois écoulés, l'Algérie a abandonné plus de 13.000 migrants dans le désert du Sahara. Parmi eux se trouvent des femmes enceintes et des enfants», soutient l'agence américaine ajoutant que «ces personnes sont forcées, parfois sous la menace d'armes, de marcher sous un soleil brûlant sans aucune assistance, ni eau ni nourriture». Selon cette même source, citant des témoignages, «plusieurs personnes sont mortes alors que d'autres ont disparu durant cette traversée du désert».

«Je n'ai jamais vu des expulsions comme celles dont je suis témoin en ce moment. Ils arrivent par milliers», a déclaré dans ce reportage Alhoussan Adouwal, employé de l'Organisation internationale pour les migrants (OIM) qui est présente à Assamaka, ville frontalière entre l'Algérie et le Niger.

Le 21 juin, lors de l'ouverture à Zéralda de la 5e session du Conseil national du parti Rassemblement national démocratique (RND), le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a réfuté ces accusations. «Parce que l'Algérie n'accepte pas d'être un centre de rétention des migrants africains au bénéfice de l'Europe, elle est la cible d'attaques d'organisations extérieures qui osent même l'accuser de racisme», a déclaré le Premier ministre selon l'APS.

Cette déclaration a été faite le même jour où Reuters rappelait que la question de la création de «plates-formes régionales» de gestion des réfugiés et des migrants serait discutée au sommet des chefs d'État et de gouvernements européens, qui allait se tenir trois jours plus tard à Bruxelles.

Mardi dernier, Emmanuel Macron et Angela Merkel, écrit le journal Libération dans son édition du 25 juin, avaient annoncé la création de «"centres" en Afrique du Nord sous contrôle de l'ONU, afin de trier sur place entre ceux qui pourront faire leur demande d'asile et les autres».

A en croire le Premier ministre algérien, c'est le fait que l'Algérie refuse d'accepter que des camps de réfugiés soient créés sur son sol, comme le souhaitent les dirigeants européens, qui a déclenché cette vague de critiques à son égard.

Pour mémoire, la porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH) Ravina Shamdasani a mis les autorités algériennes en garde contre «les expulsions collectives de migrants particulièrement en provenance de pays d'Afrique subsaharienne» et les mauvais traitements qu'ils subissent.

L'Algérie a fustigé les propos «inacceptables» tenus par la porte-parole du HCDH sur les conditions des migrants séjournant illégalement dans le pays. «Le Représentant permanent de l'Algérie à Genève a été instruit pour exprimer au Bureau du Haut-commissaire des droits de l'Homme la vive désapprobation des autorités algériennes des propos inacceptables tenus par sa porte-parole et demander des clarifications sur les raisons l'ayant conduite à faire avec une aussi insoutenable légèreté un tel procès d'intention à l'Algérie», a annoncé le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué, le 27 mai.


Source: Spoutnik France

vendredi 22 juin 2018

Il y a des centaines de Merzouk Touati en Algérie!



Merzouk Touati est un blogueur -en fait un blagueur- qui sois disant est "antisystème" et donc est assez critique envers toutes sortes de lois gouvernementales.
Le soucis est que ce blogueur était en contact de manière relativement déclarée avec l'entité sioniste, plus précisément avec un cadre du Mossad avec qui il a eu des contacts.

Il a très largement mérité ces 7 an de prison, et c'est même assez clément.

Le seul problème c'est qu'il y a une petite armée de Merzouk Touati en Algérie, il suffit de voir la petite bande de jeunes activistes proches d'Amnesty International , organisation sioniste qui a défendu Merzouk Touati (on défends toujours sa tribu évidemment...) .

Voire aussi du côté du nouveau format d'El Manchar, torchon virtuel à l'humour parfois lourdingue mis en place par Nazim Baya, mais aussi des animateurs radio, des journalistes, des artistes connus et moins connus, qui forment dans leur totalité une orme de réseau Stay Behind prêts pour une révolution "tranquille" en Algérie. Une révolution qui parait malheureusement inévitable. Tant le Système semble l'appeler de tout ses vœux.

Pour sauver l'Algérie, le changement devra se faire avec une élite nationaliste et patriote véritable, un front d'action patriotique levé par une jeunesse pas forcément contestataire, mais consciente de la gravité de la crise que nous traversons et des enjeux. L'avenir se trace avec des idées tranchantes comme les frontières se tracent à coup d'épée. Il faudrait imposer une ligne radicalement nationaliste dans le débat. 




(Sur cette vidéo, Merzouk Touati est en interview avec un cadre du Mossad, comme l'écrivait Victoir Hugo "Juif qui parle, bouche qui ment")

lundi 11 juin 2018

Non au concert de Tiken Jah Fakoly le 28 juin à Alger!

Le 28 juin prochain est programmé un concert de Reggae a Alger, le militant panafricaniste Tiken Jah Fakoly se produira dans notre pays où il nous insultera devant son traditionnel public de jeunes algériens bourgeois lobotomisés par la culture antiraciste occidentale, et qui payerons 2000 dinars pour aller voir cette vermine noire se produire chez nous.

Il est parfaitement inadmissible, dans ce climat d'invasion migratoire sans précédent de notre pays, qu'un ennemi déclaré de notre race vienne nous chanter ces saletés.

"L'éternel" problème des algériens est l'ignorance, ils ne savent pas quelles sont les racines du Rastafari, du mouvement suivant Jah, des profondes racines juives et kabalistiques de ce courant ethno-politique.


Le mouvement Rastafari a comme but extrêmement clair dans ces textes, la soumission de toutes les races sur terre à la race noire, avec au programme une haine des races non-noires, et l'asservissement des femmes non-noires.

Tiken Jah Fakoly


En plus du racisme affiché et souvent assumé de ces adeptes noirs, le mouvement Rasta a une affection très particulière pour Israël et ce du fait des racines juives (falasha) de Haïlé Sélassié.
Voici un texte issu d'un site on ne peux plus mainstream "openminded.com" juste le nom du site montre que ce sont des gentils goys, et pourtant leur vision du Rastafarisme, qu'ils ont certainement cherché à édulcorer, est bien particulière. Lisez plutôt:



Le mouvement rastafari est, pour ceux qui le suivent réellement, religieux et culturel. C’est suite à une prophétie du jamaïcain Marcus Garvey, orateur brillant et voyageur érudit, que ce courant a vu le jour. Un siècle après la décolonisation, lui et la nouvelle génération de son pays sont agacés par la mentalité coloniale qui persiste. Garvey ordonne alors à sa communauté de regarder vers l’Afrique « où un roi noir sera couronné, qui mènera le peuple noir à sa délivrance ». Cette annonce coïncide avec le sacrement d’Hailé Sélassié 1er en Ethiopie durant les années 30. On en voit un portrait à  gauche et totalement à droite en arrière plan de l’image ci-dessous. Les badges du rasta affichent aussi l’empereur comme une véritable divinité.

 Le nom de naissance de ce nouvel empereur n’est autre que Tafari, et Ras correspond à  » seigneur, leader  » en amharique (langue d’Ethiopie), d’où l’appellation du mouvement. Sélassié se dit descendant de la dynastie de Salomon, dont le symbole est le lion de Juda, et les couleurs du drapeau éthiopien sont conservées et fièrement portées : vert, jaune, rouge… L’idée est tel que les pratiquants ont repris la Bible à leurs sauces, remplaçant la terre promise palestinienne par l’Ethiopie, désignant Hailé Sélassié 1er comme l’incarnation de Dieu, et respectant à la lettre certaines règles imposées par des écrits bibliques. La foi en cette nouvelle religion s’est rapidement propagée. Pour beaucoup de jamaïcains, cette croyance représentait souvent leur unique richesse. Aujourd’hui, on compte beaucoup de fidèles dans le monde. Des fidèles dont le code est strict et amène parfois à l’intolérance…

 L’intolérance n’est pas présente dans toutes leurs pratiques. Certaines sont classiques. Déjà, les rastas ne boivent pas d’alcool. D’ailleurs, le vin connu dans la religion chrétienne est tout simplement remplacé par la marijuana. Cette plante est considérée comme sacré, elle permettrait de s’élever vers Dieu. Une tendance végétarienne complète souvent cette consommation. Et puisque la Bible affirme que « le rasoir ne touchera pas la tête du juste », on comprend pourquoi leurs cheveux ne sont pas coupés et formés en dreadlocks, ainsi que leurs barbes jamais rasées. Ce choix est également propice pour se différencier du monde babylonien, soit occidental, qu’ils rejettent totalement. De plus, leur coiffure n’est pas sans rappeler la crinière du lion de Juda qu’ils vénèrent.

 Certaines règles inspirent moins la détente et l’attitude cool… Il n’est pas rare d’entendre des rastas intégristes clamer « Brûlez les homosexuels ! ». Il faut dire que la Jamaïque est aussi connue pour Bob Marley que pour son homophobie. Le reggae, musique phare du mouvement, le prône souvent. Cette orientation sexuelle n’est pas du goût des rastas, comme l’égalité des sexes. Si les médias mettent à l’avant les hommes, les femmes existent dans ce mouvement et sont soumises à leurs maris

Bref, nous appelons nos lecteurs a appeler au boycott de ce concert, à sa dénonciation par tous les moyens, La tentative de domination noire doit se casser les dents en Algérie, car elle est le fruit du judaïsme politique et du sionisme.

Tiken Jah et les futurs envahisseurs

Ce sale nègre doit comprendre une chose, que l'Algérie est aux algériens, que l'Afrique du nord est aux nord africains, et que ses frères n'ont rien à faire! Vive l'Algérie arabo-berbère et musulmane!