samedi 4 février 2017

Le sous-secrétaire d’Etat remet une couche : L’Amérique de Trump soutient l’Algérie…

La fiche technique balancée jeudi sur le site du département d’Etat américain dans laquelle l’Algérie est décrite comme un «partenaire solide», n’est pas une simple vue l’esprit.
La nouvelle administration américaine semble bien apprécier le travail de l’Algérie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et ses efforts pour la stabilisation de la région du Maghreb et du Sahel. En effet, le sous-secrétaire d’Etat adjoint pour l’Egypte et le Maghreb, John Desrocher (photo), s’est lui aussi félicité vendredi à Washington des efforts de l’Algérie dans la stabilisation de la région en soulignant sa «contribution de qualité» dans le règlement de la crise libyenne.
Le diplomate américain a appuyé lors de son entretien avec une délégation parlementaire algérienne en visite à Washington et l‘ambassadeur d’Algérie à Washington, M. Madjid Bouguerra, de manière «très claire» que les Etats-Unis  appréciaient la stabilité de l’Algérie qui permet d’œuvrer ensemble à la stabilisation de la région.
Il en veut pour preuve la «contribution de l’Algérie dans le règlement du conflit Libyen», en relevant qu’Alger et Washington déployaient des efforts pour rassembler les libyens autour d’une solution inclusive qui préserve l’unité de la Libye, son intégrité territoriale et la cohésion de son peuple.
Stabilisateur
Desrocher a, lui aussi, souligné le «potentiel important» de l’économie algérienne qui lui permet d’aller rapidement vers la diversification économique, comme il a été noté dans la fiche du département d’Etat.
Il a assuré que les opérateurs économiques américains pouvaient contribuer à cet effort pour peu que l’Algérie «continue à améliorer son climat des affaires». Cet échange a abordé aussi des aspects politiques comme le rôle de la haute instance indépendante des élections dans la consécration du processus démocratique en Algérie.
Il faut rappeler que la délégation parlementaire algérienne a pris part jeudi au traditionnel petit déjeuner national de prière organisé par le Congrès. Elle a été conviée jeudi soir au dîner offert par le Sénat américain aux délégations des pays africains ayant pris part au petit déjeuner national de prière auquel était présent le président Donald Trump.
Le clou de la soirée pour la délégation algérienne aura été la prise de parole par le représentant du Front Polisario à Washington, Mouloud Said, au nom des délégations africaines. Une autre claque au royaume du Maroc fraichement admis au sein de l’Union Africaine.   

3 commentaires:

  1. Même si je ne suis pas pro-trump à 100%, j'estime que c'est plutôt une bonne chose pour l'algérie car trump n'est pas mondialiste même s'il est soutenu par les juifs, ces derniers attendent une gaffe de la part de trump pour l'éliminer et déclencher une guerre civile aux USA ....bref, les juifs veulent transformer l'entité judéo-sioniste en 1ére puissance mondiale en remplaçant les USA, avec la venue de leur roi-messie càd al massih dajjal (voir les conférences du sheikh imran hosein à ce sujet sur youtube).

    Mimoune.

    RépondreSupprimer
  2. Un nègre a tenté de violer une Marocaine.

    http://fr.le360.ma/societe/sale-arrestation-dun-subsaharien-en-flagrant-delit-de-tentative-de-viol-sur-une-mineure-83451#.WJYy_fIiFnA.facebook

    http://fr.le360.ma/societe/mohammedia-arrestation-de-quatre-trafiquants-subsahariens-de-cocaine-61123

    RépondreSupprimer
  3. @KM

    Bernard Lugan s'en prend à nouveau à l'Algérie avec son nouveau livre:

    http://bernardlugan.blogspot.fr/2017/02/nouveau-livre-de-bernard-lugan-algerie.html

    RépondreSupprimer