dimanche 22 juillet 2018

Suivant l’exemple de l’Algérie : la Libye refuse d’accueillir les migrants

Emboitant le pas à l’Algérie, la Libye s’oppose fermement à l’installation de centres de rétention pour migrants clandestins sur son sol, comme le souhaitaient les pays de l’Union européenne.
La réponse est venue du chef du gouvernement libyen d’union nationale, Fayez Al-Sarraj, qui a déclaré au quotidien allemand Bild : «Nous sommes absolument contre le fait que l’Europe veuille tout à fait officiellement installer chez nous les migrants illégaux dont on ne veut pas dans l’Union européenne.» Et d’ajouter : «Nous ne ferons pas non plus de «deals» avec l’UE, comme prendre en charge des migrants illégaux en échange d’argent».
Le chef du gouvernement libyen se dit très étonné qu’en Europe «plus personne ne veuille accueillir de migrants, mais qu’on nous demande d’en accueillir des centaines de milliers ici», a-t-il poursuivi, tout en appelant les Européens à exercer plus de pression sur les pays d’origine des migrants, plutôt que sur la Libye, utilisée par les passeurs comme zone de transit, profitant de la situation chaotique qui prévaut dans ce pays depuis le renversement du régime du colonel Mouammar Kadhafi en 2011 par les armées de l’Otan.
Pour rappel, l’Algérie avait, par la voix du chef de la diplomatie, Abdelkader Messahel, clairement affiché son refus d’installer des centres d’accueil de migrants clandestins sur son territoire. «Il est exclu que l’Algérie ouvre une quelconque zone de rétention. Nous sommes déjà confrontés aux mêmes problèmes. Nous procédons à des reconductions, mais nous le faisons selon des arrangements que nous avons avec les pays voisins», avait indiqué Messahel, le 27 juin dernier à la radio française RFI. Le ministre des Affaires étrangères avait levé ainsi l’amalgame que certaines officines étrangères entretenaient sur le traitement par l’Algérie du dossier de la migration clandestine.
R. M.

Source: Algérie Patrotique 

4 commentaires:

  1. La néfaste présence des subsahariens en Algérie ne sera réglée que lorsque les pseudo travailleurs subsahariens dans les chantiers de construction soient aussi expulsés.

    RépondreSupprimer
  2. Les tous récents rapatriements successifs des migrants subsahariens en Algérie ne semblent pas très efficaces car ces fameux migrants réapparaissent et ne se font même pas arrêtés. D'après des algériens, plusieurs migrants sont cachés et même aidés par des harkis algériens, la question est de savoir pourquoi ces migrants ne sont systématiquement arrêtés des qu'ils sortent dans les rues pour mendier. Les chantiers de construction cachent aussi des milliers de ces semblants travailleurs africains,recrutés exagérément par des constructeurs algériens et turques juste pour leur éviter l'expulsion . L'Algérie n'a pas besoin de ces peuples, l'Algérie continuera à les aider dans leurs pays.

    RépondreSupprimer
  3. Le problème de cette migration subsaharienne vers l'Algérie a pris des dimensions inquiétantes par les mendiants nigériens et surtout par les pseudo travailleurs africains en chantiers qui sont la source de tous les problèmes auxquels sera confrontée l'Algérie dans les prochains mois. RFI a republié, ce jour, un reportage (déjà publié en février ou mars 2018) intitulé " les travailleurs subsahariens participent à l'économie algérienne", comme si l'Algérie a émis la volonté de recevoir ces migrants parasites sur son territoire qu'ils sont entrain de pourrir.

    RépondreSupprimer
  4. Discours eschatologique ( fin des temp dans les trois évangiles synoptiques....Les hommes sécheront de frayeur dans l'attente des maux à venir, inquiets du fracas de la mer et des flots (Dans la Bible les flots sont toujours des flots humains)

    RépondreSupprimer