dimanche 21 septembre 2014

Lakhdar Benkhellaf n'est pas seulement un député, il est un symbole!


Depuis pluieurs jours déjà, l'Algérie est malmenée "footbalistiquement" parlant, par la racaille qui organise la coupe d'Afrique des Nations, entre la honteuse suspension de la JSK et le fait que l'Algérie ne soit pas retenue, ce dont, par ailleurs on se félicite.

Il se trouve que les pays noirs africains ont redoublé de haine et de violence envers l'Algérie et l'Afrique du nord toute entière. Et ce n'est pas les quelques maillots algériens que certains noirs portent en France qui changerons quelque chose a cela.
Les peuples subsahariens ont toujours voué une haine dissimulée envers les nord-africains, et il serait temps de leur rendre amplement la monnaie de leur pièce.

Par ailleurs, nous n'avons pas a nous lamenter ou a faire repentance parce qu'un footballeur à été, certes, lâchement et honteusement assassiné, sur un terrain de foot. Surtout que chez eux, ils s'étripent si facilement à la machette. Nous n'avons pas de leçons à recevoir. Et de personne!

Dernièrement, un député algérien du Front de la Justice et du Développement(FJD), M. Lakhdar Benkhellaf, a eu ce courage extraordinaire, que peu de députés et d'hommes politiques ont eu , celui de dénoncer très clairement ce danger que deviens l'immigration subsaharienne chez nous, cette inique et ignoble invasion de maliens et de nigérien qui pollue nos rue et nos quartiers.

M. Benkhellaf est passé en seul jour de simple député a un symbole du réveil de l'identité. Peut-être qu'il a même fait ses déclarations sans savoir ce qui allait lui arriver. Car il n'a pas tardé a connaitre les foudre de nos médias locaux , des crevures de journalistes de la presse "nationale" algérienne, aujourd'hui que l'on sait clairement sous emprise juive ,le blog de Wah Fkir que vous pouvez trouver dans les liens en sait quelque chose, de la mafia judaïque qui dirige le journal El Watan, par exemple.

Dans son argumentaire, M.Benkhallaf indique que l’Algérie connaît un « exode terrible » des « Africains » et d’autres pays en guerre civile. « Les rapports précisent que les services de la gendarmerie et ceux de la police ont arrêté plus de dix mille migrants clandestins à la fin de 2013 », rappelle-t-il. « La plupart sont de nationalité africaine (23 pays) et viennent surtout du Mali, du Niger, de Tunisie, de Libye et de Syrie. Les chiffres ont connu une hausse de 80% au cours du premier semestre de l’année encore », assure le député du FJD.

Par ailleurs, il a plusieurs fois interpellé M. Sellal sur différents problèmes qui rongent le pays, et doit se rendre contre de l'incroyable lâcheté des pouvoirs publiques, de l'impuissance du gouvernement face aux maux liés à l'immigration subsaharienne. Il est d'ailleurs probablement certain que jamais un gouvernement algérien n'a été aussi lâche et aussi politiquement "judéo-compatible" que celui qui est actuellement.

Pour notre part, et faute d'avoir trouvé mieux, nous soutenons totalement ce député dans son action et nous partageons sans réserve son inquiétude.

L'Algérie n'a pas gagné son indépendance de 132 ans d'une vile occupation pour en subir une autre, autrement plus pernicieuse! L’Algérie aux Algériens! Les Étrangers DEHORS! Si ils nous aiment pas, ils n'ont qu'à renter chez eux.

3 commentaires:

  1. http://www.mediafire.com/convkey/9522/y28z3rb02kr55f7fg.jpg?size_id=5

    La propagande de culpabilisation commence ! Ils vont s'y prendre de la même manière qu'en France. La seule façon de détruire un peuple fortement enraciné ne se fait plus par les armes, car la réponse serait expéditive et sans concession.

    RépondreSupprimer
  2. KM, j'aurais pu écrire chaque mot de votre article, en particulier cette conclusion: "Il est d'ailleurs probablement certain que jamais un gouvernement algérien n'a été aussi lâche et aussi politiquement "judéo-compatible" que celui qui est actuellement."
    Entre la complicité passive des béni oui oui du Parlement qui ne pipent pas un mot sur ce qui s'étale sous nos yeux et la complicité active de la presse algérienne aux ordre des officines humanitaires tous d'accord pour la négrification généralisée de l'Algérie et la " calcuttisation" de nos villes par les Subsahariens, il s'est trouvé un seul homme pour monter au créneau et dénoncer la moussiba qui nous tombe dessus.
    Dès qu'il s'agit des Africains, les officiels algériens courbent la tête comme des Européens culpabilisés par la colonisation et l'esclavage. Les officines humanitaires occidentales leur refilent leurs complexes, alors que nous n'avons rien à voir avec le les faits et méfaits passés de l'Europe envers l'Afrique, à qui nous ne devons rien et certainement pas notre pays comme territoire de rapine.
    A quand notre Poutine pour nettoyer nos écuries d'Augias?

    RépondreSupprimer
  3. La presse bien pensante n'a cessé de chercher à berner les Algériens sur la réalité des "réfugiés de guerre" jusqu'au jour où le ministre de l'Intérieur nigérien lui même a dénoncé l'imposture en réclamant le 8 novembre dernier à Alger ses ressortissants " femmes et enfants vulnérables victimes de groupes criminels"; autrement dit les mendiants qui infestent nos rues d'est en ouest et du nord au sud de l'Algérie. Le ministre algérien quant à lui décidait de mettre fin au ridicule en les nommant des " déplacés". Finis les pauvres " réfugiés de guerre" fuyant les horreurs de la guerre d'un pays qui n'était pas en guerre ni même en situation de famine.
    Le plus curieux c'est que ce retour des mendiants nigériens dans leur pays était réclamé par le gouvernement nigérien déjà depuis juin dernier, déclarant que ces mendiants "ayant perdu toute dignité déshonoraient leur pays"; mais cela n'empêchait pas la presse algérienne et les ligues de droits de l'homme locales de continuer à faire pleurer Margot sur le sort de ces pauvres réfugiés de guerre à qui, n'est ce pas, il fallait de toute urgence offrir un toit décent en prévision de l'hiver, les prendre en charge intégralement, les soigner, scolariser leurs enfants. Bref, faire en sorte de les installer plus que durablement en Algérie.
    C'est donc en connaissance de cause que ces traitres appelaient rien moins qu'à l'installation dans notre pays d'une population de mendiants totalement inutiles à l'économie nationale mais au contraire boulets à vie pour l'Algérie, services sociaux et population algérienne étant mis à contribution, sans compter la dégradation de nos villes.
    Et puis quand l'imposture a été dévoilée, c'est bizarre, y avait plus personne du côté de la presse aux ordres des Occidentaux, pas de commentaires, pas de mea culpa - heu non ce serait trop demander- juste le communiqué de l'Aps sur les mesures de rapatriement des Nigériens, et puis c'est tout, plus rien, la baudruche c'était dégonflée.
    En tous cas, voilà une belle casserole qu'il ne faudra jamais oublier de brandir devant eux chaque fois que ces traitres parleront de déontologie journalistique.
    L

    RépondreSupprimer