dimanche 10 avril 2016

Les seuls migrants subsahariens que nous aimons infiniment sont...

Les guépards! Et en prime, ils pourront manger de la bonne viande fraiche (et odorante) gratuitement .

La région du Sahel pour des raisons climatiques et sécuritaires connait des déplacements de populations. C’est le cas aussi de la population du guépard sahélo-saharien dont une bonne partie a pris la direction des massifs du Tassili N’Ajjer et du Hoggar en Algérie. Un "réfugié politique et climatique" secret bien accueilli...
Les effectifs de la population des guépards sahélo-sahariens (Acinonyx jubatus Schreber) déclinent dans son aire globale (bande sahélo-soudano-saharienne), ils sont par contre en augmentation en Algérie.
"Des inventaires d’organismes nationaux et internationaux montrent que la plus forte concentration de la population du guépard sahélo-saharien se trouve en Algérie", affirme M. Abdelkader Benkheira, directeur de la protection de la faune et la Flore, à la Direction Nationale des Forets.
Aucun chiffre n’est pourtant disponible pour comptabiliser leurs effectifs. "Nous ne pouvons pas donner leur nombre exact maintenant. Nous sommes au niveau de l’inventaire pour le définir", indique-t-il.


Les populations du guépard sahélo-saharien migrent de plus en plus vers l’Algérie qui est devenue une zone de refuge. Les bouleversements dans la région du Sahel du fait du réchauffement climatique ou pour des raisons sécuritaires expliquent la migration de ce félidé vers l’Algérie.
"Le guépard est une espèce furtive et effarouchée. Il se retranche dans les contrées où il trouve de la quiétude" souligne M.Benkheira. Or, relève-t-il, les zones traditionnelles où vivent ces guépards connaissent une pression anthropique, une transformation des espaces sous l’effet des actions de l’homme (démographie, activité agricole et surtout l’élevage).

 Les conditions optimales du Sahara Algérien.

Ce félidé de la catégorie de la sous-espèce jubatus venaticus, a trouvé refuge dans les massifs centro-sahariens du Tassili N’Ajjer et de l’Ahaggar.
"Le désert de Tanazrouft et le Tassili N’Ajjer offrent les conditions optimales pour la vie et la reproduction des guépards. Ces espèces y trouvent de l’eau, du gibier et de la quiétude. Soit, les conditions recherchées pour leur vie", indique M. Benkheria.
Ce responsable nous a révélé également que ce félin est présent dans d’autres régions qu’il s’abstient de nommer pour des raisons «déontologiques».


Un plan national pour le guépard

Après avoir été intégré dans la liste rouge des espèces en danger d’extinction par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) en 2001, la population du guépard augmente. L’Etat algérien se mobilise pour sa protection et sa réhabilitation.
"L’Algérie est en train de valider un plan national pour la réhabilitation du guépard. Ce programme sera réalisé par l’Agence Nationale pour la Conservation de la Nature (ANA), en partenariat avec (UICN)" a indiqué Benkheira.
Ce félidé peuplait tout le Sahara au 19ème siècle. Des études scientifiques de l’époque faisaient état de sa présence dans les régions de Sebdou, Biskra, Ghardaïa, El Goléa, Adrar Ahnet et autres. Au cours de la première moitié du vingtième siècle, des études signalaient sa présence à Ain Sefra, Beni Ounif , Béni-Abbès, Boussaada, le Hoggar, en plus des parcs nationaux de Tassili N’Ajjer et de l’Ahaggar.
L’espèce a disparu dans plusieurs régions durant la deuxième moitié du siècle dernier. Une présence sporadique a été confirmée à Tindouf et dans les deux parcs nationaux. Au début des années 2000, l’espèce s’est raréfiée. Elle a été classée comme en danger de disparition, selon un document du ministère de l’agriculture


D’autres espèces réapparaissent
Ce retour du guépard est, donc, une bonne nouvelle. Elle n’est pas la seule. Les inventaires des peuplements mammaliens des milieux désertiques en Algérie montrent un accroissement de la présence d’autres espèces. 

Le lycaon
M.Benkheira fait ainsi état d’une remontée du lycaon soudano-saharien vers le massif de l’Ahaggar. Pas de chiffres mais la population de l’hyène rayée se renforce également au même titre que le renard. La panthère nord-africaine, (léopard de Barbarie ou encore Léopard de l’Atlas) que l'on croyait totalement disparue au milieu des années 90 serait également de retour dans le désert algérien.
"Des scientifiques soupçonnent l’existence de la panthère nord-africaine de son nom scientifique Panthera pardus panthera, dans le désert. Des traces de cette espèce ont été trouvées par endroit et des études sont en cours pour confirmer cette hypothèse" indique M. Benkheira.

La population du cerf de barbarie, de son nom scientifique Cervus elaphus barbarus, a été réintroduite en Algérie en 2013. La population qui comptait 24 individus a l’époque serait également en augmentation.

Encore moins commun en Afrique du Nord, un Ours de l’Atlas, appelé également l’Ours de Barbarie, disparu vers la fin du 19eme siècle aurait été vu et filmé il y a quelques semaine dans le parc national de Thniet el Hed dans la wilaya de Tissemssilt.
De couleur brune, cet ours observé correspond aux descriptions scientifiques de l’espèce qu’on croyait disparue. Est-ce une introduction frauduleuse ou un resurgissement de l’espèce, les questions sont sans réponse. Mais une chose est sûre, l’Algérie offre des conditions de repeuplement pour ces espèces…. Il va falloir apprendre à cohabiter…

16 commentaires:

  1. d'apres certains "observateurs" l'Algerie serait le pays le plus heureux d'Afrique, si c'est vrai c'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle, il vaut mieux que cela ne se sache pas trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah! Oui j'en ai aussi entendu parler, il s'agit de l'Observatoir First April...réputé pour ses analyses d'un serieux a toute épreuve!
      Plus serieusement, le bonheur estune notion inquantifiable et toute relative...

      Supprimer
  2. hé les gars

    faites quand même gaffe aux macaques !

    et a leurs prolifiques gueunons...ces mangeurs de "viande de brousse" qui font dans le canibalisme en bouffant du chimpanzé, pourraient demain bouffer de l' algérien...Allah iostor ...

    demandez aux Parisiens qui habitent le quartier Chateaurouge a Paris...el douniya kahlète alihoum...les m'sakène... :lol:

    allez veillez bien a notre Louatane et n' en faites pas une Franssa

    notre Peuple est un peuple de roujoul, ne l' oubliez jamais!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mehdi Hannibaal13 avril 2016 à 07:02

      Faut faire attention aux macaques, mais aussi aux MAKaques qui désirent importer des millions de macaques sur notre sol afin de détruire l'Algérie.

      Supprimer
    2. "mais aussi aux MAKaques"

      Oui c'est clair, moi mème en tant que Kabyle je n'arrive pas à comprendre ces pédales du mak, avec des "défenseurs" pareils on à pas besoin d'ennemis.

      leurs primatohilie délirante et juste à gerber.

      et pourtant Dieu sait que je suis assez attaché à la preservation de la culture et de la langue Amazigh.

      Mais le mak eux je les soupconnes d'en avoir rien à foutre de notre langue et de notre culture, la seule chose qu'ils veulent c'est importé la gay pride, l'immigration massive et des super marché wallmart en Algérie.

      En resumé des putes qui se sert de la culture berbère comme d'un paravent, pour nous faire boire à petite goutte leurs barratin mondialiste.

      Supprimer
    3. Que de belles paroles ici, bien dit mes frères.

      Supprimer
    4. Le MAK sont des traitres autant que les gouvernements Algériens successifs.

      Sous prétexte de lutte contre l'arabisation, ils veulent nous occidentaliser au lieu de nous "re-berberiser". Cherchez l'erreur.

      Le MAK n'a pas sa place en Algérie tout comme Boutef et ses acolytes, il est temps que certains Kabyles se bougent et développent un contre-mouvement au MAK.

      Supprimer
    5. la France et les poucettes avec des bébés africains, c'est l'image actuelle de la pauvre France?????? sans oublier que la femme africaine avec la poucette en a un autre en voie de naître?????? et les naissances sont toujours imminentes, c'est leur armes en France c'est africaines rusées et opportunistes, profiteuses et ingrates
      En Algérie pas de poucettes, les femmes africaines accouchent sur les trottoirs, c'est une réalité qui donnent la rage

      Supprimer
  3. Salut camarade ! je voulais savoir, tu penses quoi des franco-algériens ultra-nationalistes qui résident en France ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour et bienvenue,

    A vrai dire on ne m'a jamais posé une telle question,et je n'ai malheureusement pas de réponse a donner, j'en serais bien incapable tant cela doit être complexe...

    En tous les cas, que tu sois un nationaliste français ou algérien, si tu es conscient du danger mondialiste annihilant les identités et les cultures, si tu dénonce et te bats contre toute forme de décadences...je trouve cela bénéfique. Voilà tout ce que je peux dire...en espérant t'avoir apporté un élément de réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. Il y a une algérisation de la france dans certaines villes mais la majorité des algériens et algériennes oublient pas leur racine (a part les beurettes a nègres et quelques déchets gauchistes)

      qu'on le veuille ou non, on est ethniquement algérien après, je fais ma part des choses pour la famille en algérie et en france.

      Supprimer
    2. Cher frère,
      La place des algériens éthniques est en Algérie, à plus forte raison quand ceux là ont cette bénédiction divine d'être des nationalistes radicaux comme toi. Par ailleurs, même si nous pouvons avoir quelques liens amicaux on va dire avec ds nationalistes français bien spécifiques comme les NR et autres fascistes, il n'en demeure pas moins que dans leur globalité c'est loin d'être des amis de l'Algérie. Donc chacun sa terre, chacun sa race. Le véritable djihad guerrier de l'Algérie actuelle est un djihad racial, celui de la défense de nos frontières ainsi que l'honneur de nos ancêtres contre la gangrène subsaharienne, véritable arme sioniste de destruction de notre peuple. Le mondialisme veut passer en Algérie, et il passera en très grande partie à cause de la destruction de notre race et sa négrification.

      Fraternellement,

      KM

      Supprimer
    3. Tout est dit

      Moi même Mehdi Hannibaal, je suis un Tunisien né en France et j'envisage de retourner en Tunisie une fois mes études terminées. Il serait temps que les VRAIS Maghrébins de France (hélas y'en a très peu) pas les beurettes à khels, beurettes à gwer, gauchistes et cyber muzz, retournent au Maghreb afin de retrouver leur racine, leur terre, leur identité et leur culture.
      En restant en France nous perdons notre identité et nous nous occidentalisons culturellement et peut etre même génétiquement au bout de 3 4 générations.

      Supprimer
  5. Les paroles c'est bien beau mais le Djihad (avec un grand D) contre ces dangereux subsahariens devrait être imminent!!!!les villes du nord d'Algérie sont déjà noire, Dely Brahim un centre de drogue, le virus meningocoque (des pays subsahariens) à Blida etc.....c'est quoi cette affaire politique qui est entrain de détruire les algériens; le peuple ne tolère plus cette étrange dégradation des villes algériennes et jusqu'à quand cette pression sur nous....

    RépondreSupprimer
  6. Je voudrai, merci une explication à "cette affaire politique" qui permet à des milliers de personnes étranges de s'installer sur les trottoirs de nos villes pour y vivre joyeusement!!!! Est-ce que des individus normaux accepteraient la vie dans les rues d'un autre pays pour fuir un changement climatique non prouvé dans leurs régions.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher frère, cher concitoyen, Je comprends totalement et parfaitement votre questionnement, et sans vouloir paraitre plus savat que vous tous, je pense que cette politique est menée par nos gouvernant sous l'influence de la gauche sioniste française qui a compris que le peuple alérien était trop fier de son histoire et de sa culture et que donc il fallait casser cette fierté, d'où cette invasion des subsahaiens.
      Je reçois des messages ainsi que des témoignanges de nos frères des wilayas du Sud...croyez moi c'est bien pire encore! Les autorités ont même autorisés a ces colons de travailler, et pire encore, ils ont dernièrement fait (à Djelfa je crois, à confirmer...) une manif pour demander du travail!

      Supprimer